Raison et cadre légal

Pourquoi l’outil numérique ?

Dans la mouvance d’une école inclusive, l’utilisation de l’outil informatique est un aménagement raisonnable, voire incontournable, pour certains enfants à besoins spécifiques. Cet outil numérique peut contribuer à leur permettre de rester dans le circuit de l’école « ordinaire », et ce malgré leurs troubles spécifiques d’apprentissage. Le but principal est donc de pallier certaines difficultés inhérentes de ces élèves en leur permettant d’accéder aux apprentissages.

Voici plusieurs raisons qui peuvent encourager l’utilisation de l’outil numérique, cette liste n’est pas exhaustive :

  • un graphisme coûteux (par exemple si notre enfant est dyspraxique, dysgraphique) ou lorsque la vitesse d’écriture ne suit pas les besoins
  • une vitesse et une qualité de lecture inférieure à celle des autres élèves de la classe ;
  • une dysorthographie sévère ;

Ces enfants/jeunes, qui présentent un trouble spécifique des apprentissages, sont très souvent en situation de double tâche dans la mesure où les tâches dites « de bas niveau » (lire, écrire, calculer, parler…) ne sont pas automatisées. Elles requièrent donc un cout cognitif important ce qui ne laisse que peu de ressources à l’élève pour se concentrer sur les tâches dites « de haut niveau » : comprendre, faire des liens, mémoriser, etc. L’outil numérique permet de compenser ou soulager la réalisation de ces tâches de bas niveau pour permettre à l’enfant de se concentrer sur les tâches de haut niveau, celles réellement évaluées par les enseignants. L’élève accédera aux apprentissages de façon autonome et en toute équité. L’accent est dès lors mis sur ses capacités et permet le développement de ses compétences. Ces aides représentent par ailleurs une source de motivation et de résilience favorisant la persévérance scolaire et la réussite.

Cadre légal

Selon le décret relatif à l’accueil, à l’accompagnement et au maintien dans l’enseignement ordinaire fondamental et secondaire des élèves présentant des besoins spécifiques , entré en vigueur en septembre 2018, « tout élève de l’enseignement ordinaire, fondamental et secondaire, qui présente des «besoin(s) spécifique(s)» est en droit de bénéficier d’aménagements raisonnables matériels, organisationnels ou pédagogiques appropriés, pour autant que sa situation ne rende pas indispensable une prise en charge par l’enseignement spécialisé ».
L’utilisation d’un outil numérique fait partie des aménagements raisonnables dits « matériels ». « La position de la Fédération Wallonie-Bruxelles est, pour les outils numériques comme pour tout autre aménagement dans le cadre d’une inclusion scolaire, d’encourager le changement de pratique et de regard afin de mettre en place un enseignement au bénéfice de tous. Elle insiste sur le fait que l’utilisation des outils numériques au service des élèves « dys » permet de compenser les troubles d’apprentissage rencontrés par ces élèves. Il s’agit réellement d’outils utilisés comme aides technologiques qui n’avantagent pas les élèves mais contribuent à les mettre à niveau ».
« L’enseignant doit accepter que l’élève amène son matériel et l’utilise dans le cadre de son cours (comme un aménagement raisonnable) et doit essayer, autant que faire se peut, de fournir à l’élève un contenu numérisé de la matière abordée en classe. Ainsi, l’élève sera autonome en classe et pourra suivre et avoir accès au cours dans les meilleures conditions ».

Source : Circulaire 6831 Mise en œuvre des aménagements raisonnables permettant l’accueil, l’accompagnement et le maintien dans l’enseignement ordinaire, fondamental et secondaire des élèves présentant des besoins spécifiques